Ludovic CLEMENT, associé du GAEC de TREVIT, a déjà expérimenté le module technique culture. Régis BOUGIS a recueilli ses premières impressions. Alors FARMEO qu’est-ce que c’est ?

POUVEZ-VOUS VOUS PRÉSENTER ? QUELLE EST VOTRE ACTIVITÉ ?
Je suis Ludovic CLEMENT, associé du GAEC de TREVIT depuis 2007. Le GAEC est situé à Iffendic. Nous sommes 6 associés. Notre exploitation est composée de 237 hectares, 100 taurillons, 1,3 millions de litres de lait produits par 150 vaches laitières, et 2 500 m2 de volailles répartis sur 2 sites.

QU’EST CE QUE FARMEO ?
Avec ce genre d’outil, on fait tout. Pour moi aujourd’hui, c’est un outil d’enregistrement qui correspond à tous types d’exploitants : pour un éleveur laitier voulant seulement faire ses enregistrements réglementaires de fertilisation ou phytosanitaires, et aussi pour un céréalier souhaitant aller jusqu’à la marge nette à la parcelle.

CONCRÈTEMENT…
J’utilise le module culture. Par exemple, j’enregistre l’ensemble de mes interventions sur mes terres. Je sélectionne les parcelles sur lesquelles je travaille, j’y indique l’épandage des produits organiques. On choisit dans une liste les éléments organiques, doses, caractéristiques et la surface. Je peux sélectionner également les modes d’épandage : pendillards, système d’enfouissement.

QUEL EST L’INTÉRÊT D’UTILISER FARMEO ?
Je gagne en sérénité, avec les alertes. Les calendriers d’épandage, les IFT à ne pas dépasser, les doses homologuées, les dates avant récolte sont connues et intégrées dans FARMEO. Lors de la saisie, les alertes s’affichent automatiquement. Si j’indique l’épandage d’un produit sur une culture inadaptée, une alerte me le signale. En cas de contrôle, on gagne en tranquillité. Il s’adapte bien à chaque profil selon les compétences et les besoins de chacun. C’est un gain de temps pour nous. Enfin et surtout, l’application est disponible sur internet et permet un accès n’importe où, que ce soit au bureau ou chez les associés. Et c’est le cas dans notre GAEC.

COMMENT S’EST DÉROULÉE VOTRE PRISE EN MAIN ?
J’ai été accompagné par Régis. J’ai trouvé cela facile, la saisie est très simple.

ET POURTANT, VOUS AVEZ LE NIVEAU LE PLUS COMPLET.
Oui. Pour ma part, je saisis via la liste parcellaire sous forme de calendrier mais l’entrée peut se faire aussi par la cartographie. La sélection des parcelles se fait en double entrée.

QUELLE EST VOTRE FRÉQUENCE D’UTILISATION ?
J’enregistre fréquemment, le soir dès que je rentre. C’est plus facile et plus rapide. Je le fais au fur et à mesure, c’est l’avantage de FARMEO. L’application est en ligne et j’y accède via mon login et mot de passe. Je n’ai pas l’obligation d’être à l’exploitation. Qu’importe où je suis, une simple connexion internet me suffit.

COMMENT VOYEZ-VOUS LA SUITE ?
Le lien avec la comptabilité va être très intéressant. Les factures d’engrais saisies généreront des stocks dans FARMEO avec le prix unitaire des intrants. Au fur et à mesure des enregistrements, les stocks seront actualisés. Autre chose, ce sera la saisie sur smartphone. On n’a pas encore internet sur nos portables mais on y gagnera !

A QUI CONSEILLERIEZ-VOUS FARMEO ?
A tout le monde. Cela répond à l’ensemble des éleveurs !

Propos recueillis par Régis Bougis & Nadège Henry